Penser les paysages avec les trois synthèses du temps de Deleuze

James Kelly

Abstract


Cet article examine, à partir de la philosophie du temps de Gilles Deleuze, la problématique de la faille entre l’être humain et le monde naturel décrite par Pierre Montebello dans son livre L'autre métaphysique. L’article présente la métaphysique deleuzienne comme une continuation de la lignée philosophique qui est tracée par Montebello. Il explore comment la philosophie du temps de Deleuze nous sert à penser les paysages – y compris ses habitants humains – non pas en termes d’espace ou d’étendue mais dans une perspective temporelle et ce, à travers l’identification d’ensembles de processus temporels qui capturent certaines de leurs caractéristiques. Cette lecture « chronopédique » révèle les paysages comme compositions de rythmes à différentes échelles : des processus géologiques qui durent des millions d’années jusqu’à d’autres, beaucoup plus courts, comme celui de l’habitation humaine. Tout en proposant une nouvelle perspective sur le temps deleuzien, en le libérant des termes humains auxquels il est exposé, cette lecture nous fournit une base métaphysique puissante pour penser le dépassement de la bifurcation entre le monde humain et la nature.


Keywords


deleuze; paysages; temps



DOI: https://doi.org/10.5195/jffp.2021.965



Copyright (c) 2021 James Kelly

Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.