L’apostrophe de l’événement: Romano à la lumière de Badiou et Marion

Stéphane Vinolo

Abstract


Les pensées contemporaines de l’événement, tout comme la langue de tous, déterminent l’événement comme étant une exception sur l’ordre normal du monde. À la différence des faits, les événements ont un caractère exceptionnel qui provient pour l’essentiel de leur caractère assigné, adressé. Alors que les faits intramondains sont ouverts à tous, l’événement est toujours vécu à la première personne, de façon unique et non-itérable. Grâce à une lecture comparée des théories de l’événement de Claude Romano, Alain Badiou et Jean-Luc Marion, nous questionnons ce problème de l’adresse et posons une adestination essentielle de l’événement, nous obligeant par là à penser non pas une exceptionnalité de l’événement mais au contraire sa grande banalité.

Keywords


Romano; Badiou; Marion; événement; adresse; adestination; trace; carte



DOI: https://doi.org/10.5195/jffp.2013.609

Refbacks

  • There are currently no refbacks.